Omble Chevalier
Fédération de pêche de l'Isère - Omble Chevalier

tabs

information

 

 

L’Omble chevalier (Salvelinus alpinus) est un poisson de la famille des salmonidés.

Il a été initialement décrit en 1758 par Carl von Linné. C'est l’espèce d'eau douce dont la distribution géographique est la plus au nord et est souvent la seule espèce de poissons dans les lacs de l'Arctique. Certaines populations d'omble chevalier sont anadromes et constituent une ressource alimentaire importante pour les peuples du Nord (Bernatchez et Giroux, 2000).

 

Histoire et évolution

À la fin des dernières glaciations, l'omble chevalier des eaux salées a colonisé les lacs arctiques d’eau douce. Cet habitat représentait un endroit protégé pour leurs jeunes qui avaient alors relativement peu de prédateurs. Le relèvement de la Terre après les glaciations a causé la séparation de certains lacs de la mer. Comme les ombles chevalier étaient la seule espèce de poisson dans les lacs arctiques, ils ont développé des stratégies de vie multiples grâce aux différentes niches écologiques des lacs. Des différences morphologiques ont survenus en raison de la compétition intense entre les membres d'une même espèce d’un même lacet il est donc fréquent d’en observer dans la nature. Ces polymorphismes diffèrent dans leur stratégie d’alimentation, la taille de leur corps et peuvent entrainer un isolement reproducteur (Jonsson et Jonsson 2001). Ces différentes formes ont été observées dans les lacs de l'île de Baffin (Gallagher et Dick 2010), l'île d'Ellesmere (Guiguer, Reist et al. 2002), l’Islande (Snorrason, Skulason et al. 1994), et l'Écosse (Walker, Greer et al. 1988). Ce polymorphisme a été appelé « la problématique char » (Klemetsen 2010). Les formes peuvent être distinguées fonction de l'utilisation de l'habitat, leur taux de croissance, le temps et le lieu de ponte et à des caractères morphologiques (Reist, Gyselman et al 1995; Klemetsen et Amundsen, 1997; Adams, Fraser et al 1998; Guiguer, Reist et al. 2002). Comme beaucoup de ces formes sont isolées génétiquement dans les lacs, certains scientifiques ont suggéré de les classer comme des espèces différentes. D'autres ont suggéré, reconnaissant qu'ils existent, de continuer à les classer comme Salvelinus alpinus, tout en gérant les écosystèmes lacustres afin de préserver les différents formes (Jonsson et Jonsson 2001).

Description et identification

Les caractéristiques morphologiques, comme la longueur du poisson ou la couleur, varient entre les formes et permettent difficilement de faire l'identification des espèces. Une comparaison de la taille sur toute sa longueur asymptotique (longueur maximale théorique atteint par un animal vivant indéfiniment) des 44 populations d'omble chevalier a montré une variation de 13,3 cm avec un maximum de 75,8 cm, alors que la plupart des populations avait des longueurs comprises entre 20 et 40 cm (Vøllestad et L 'Abée-Lund, 1994). Les populations du Québec sont généralement comprises entre 38 et 46 cm (Bernatchez et Giroux, 2000). Les ombles anadromes montrent souvent une croissance plus rapide que les ombles d’eau douce (Swanson et Kidd 2010) et leurs longueurs à la fourche est comprise entre 41 et 61 cm (Dempson et Green 1985). En général, l'omble chevalier ressemble aux autres membres de la famille des salmonidés. La bouche est grande avec des dents sur le palais, la langue, et les mâchoires. La nageoire caudale est fourchue, ce qui contribue à le différencier de l'omble de fontaine (Salvelinus fontinalis). L'omble de fontaine a des barres noires sur les nageoires et un dos tacheté, tandis que ces distinctions sont absentes chez l'omble chevalier (Bernatchez et Giroux, 2000). La couleur générale de l'omble peut varier considérablement en fonction de la forme, l'habitat, et son état de reproduction (Snorrason, Skulason et al., 1994). Les ombles marins sont souvent de couleur bleu acier avec des reflets argentés alors que les ombles d’eau douce peuvent être vert foncé sur le dos avec les côtés et le ventre légèrement rouge-orange (Bernatchez et Giroux, 2000).

Distribution globale

L’omble chevalier préfère les eaux froides et bien oxygénées (Dumont 1982). Il est un poisson circumpolaire qui se trouve dans les eaux marines côtières, lacs, rivières et autour de l'hémisphère nord. Des populations ont été observées dans le nord de l'Amérique du Nord, en Europe du Nord, en Asie du Nord, au Groenland, en Islande et sur nombreuses îles de l'Arctique (Scott et Crossman, 1973). L'une des populations les plus septentrionales existe dans le lac Hazen, à l'extrémité nord de l'île Ellesemere (Reist, Gyselman et al. 1995). Salvelinus alpinus oquassa, une sous-espèce distincte, s’observe uniquement au Québec, au Nouveau-Brunswick et dans le Maine. On pense que la distribution de l'omble chevalier au Québec est limitée à moins de 100 petits lacs. Ces lacs ont probablement été colonisés par les ombles chevalier marins qui ont vécu dans la mer de Champlain et l'océan Atlantique (Dumont, 1982).

Reproduction

Comme tous les poissons, la reproduction de l’omble chevalier est régie par l'axe hypothalamo-hypophysophale (HPG) (Ankley et Johnson, 2004). L’œstrogène et la testostérone, régulées par le HPG, induisent le l’apparition de couleurs formées à partir de caroténoïdes durant le frayage (Scalia, Isaksen et al. 1989). Les mâles sont généralement plus rouges que les femelles lors du frayage (Skarstein and Folstad 1996). La coloration peut également être liée à l’état immunitaire des poissons (Liljedal, Folstad et al. 1999). La température semble être le paramètre environnemental déterminant le développement des gonades (Jobling, Johnsen et al, 1995). Gillet (1991) a montré dans une expérience de laboratoire que la ponte a été retardée à une température de 8 ° C et l'ovulation a été inhibée au-dessus de à 11 ° C (Gillet, 1991). Les populations les plus septentrionales de l'omble chevalier ont tendance à pondre plus tôt que les poissons du sud. En général, les populations anadromes du nord frayaient en septembre et en octobre sur les bancs de gravier, mais aussi dans les lacs et les rivières (Bernatchez et Giroux, 2000). Dans le lac Char, au Canada, la ponte a généralement lieu en septembre (MacCallum et Regier, 1984). Le frayage a lieu au cours des deux dernières semaines d’octobre pour les populations anadromes dans le fleuve Fraser, au Labrador (Dempson et Green 1985). En moyenne, chaque femelle pond entre 3000 et 5000 œufs d’un diamètre de 0,5 cm (Bernatchez et Giroux, 2000). Cependant, plus de 9245 œufs ont été enregistrés pour une femelle anadrome (Dempson et Green 1985). Une eau froide, entre 2 et 7 ° C est nécessaire pour la production d'œufs et l'incubation (Johnston 2002). L'omble chevalier ne prépare pas de nid, contrairement à certains des autres membres de la famille des salmonidés. Dans les lacs du Haut Arctique, l'omble chevalier ne fraie pas tous les ans, probablement à cause de la faible productivité des lacs qui conduit à un bilan d’énergie restreint (Dutil, 1986). L’omble de l'Arctique a tendance à frayer pour la première fois entre l’ âge de 7 et 9 ans (Gullestad et Klemetsen 1997), bien que ces chiffres peuvent être variables (Guiguer, Reist et al. 2002).

Régime

Le régime alimentaire de l'omble chevalier d'eau douce dépend en grande partie du morphotype. Cependant, dans toutes les populations d'omble chevalier, le jeune est benthophage, se nourrissant de macro-invertébrés benthiques, en particulier les chironomes (Hobson et Welch, 1995). Dans certaines populations, l’omble sera planctophage, se nourrissant de zooplancton. Les planctophages de grande taille peuvent éventuellement passer à l’ichtyophagie, présentant un comportement souvent cannibale. En général, les lacs du Nord Arctique sont extrêmement oligotrophes, ce qui conduit à une plus grande importance du benthos dans la chaîne alimentaire (Sierszen, McDonald et al. 2003). Les invertébrés benthiques de ces lacs sont généralement limités à quelques espèces de diptères, tandis que les lacs au sud de l'Arctique peuvent contenir à la fois des gammaridae et des trichoptères (Gantner, Power et al. 2010). Il a été observé que les ombles anadromes du Labrador se nourrissent de poissons, mollusques, annélides, crustacés, insectes, et de chaetognathes (Dempson, Cisailles et al. 2002). L'omble chevalier du lac Pavin (lac oligomesotrophique en France) se nourrit plus communément de Daphnia longispina. C'est juste avant et après la reproduction que l'activité d'alimentation de l'omble dans ce lac est la plus élevée(Jamet, 1995).

Migration

La migration de l'omble chevalier a lieu entre les lacs et l'océan, ainsi qu'entre les types d'habitat dans les lacs (Babaluk, Wissink et al 2001; Swanson et Kidd 2010). Le mouvement des ombles du lacs dans l'océan se déroule généralement au début de l'été (Berg et Berg, 1989). La fécondité et la fertilité des poissons augmentent avec la taille du corps, ce qui pourrait expliquer pourquoi certains individus migrent vers les habitats plus riches en nourriture comme l'océan. Certains individus restent dans l'eau douce qui pourrait être attribué à une mortalité plus élevée des poissons anadromes. Il y a donc des coûts et des avantages à la migration (Jonsson et Jonsson, 1993).

Économie

Les ombles chevalier constituent une ressource économique importante pour les êtres humains. Les ombles de l'Arctique sont très populaires comme poissons d'élevage dans de nombreux pays pour plusieurs raisons. La chair de l'omble est souvent plus délicate dans la texture et la saveur que les autres salmonidés. Les ombles chevalier ont des têtes plus petites que d’autres salmonidés, ce qui conduit à un plus grand rendement (individus par filet). Les ombles chevalier peuvent également prospérer lorsque les densités d’individus sont élevées, ce qui en fait un poisson idéal pour la culture (Jobling, Arnesen et al. 2010). Les ombles chevalier sauvages constituent aussi une source importante de nourriture dans de nombreux pays, y compris: l'Autriche, le Danemark, la France, l'Islande, l'Irlande, la Grande-Bretagne et les États-Unis. En 2008, 3 309 tonnes de poissons ont été capturés dans ces pays (pêche et aquaculture, statistiques 2008). Les ombles chevalier constituent également une ressource alimentaire importante au Canada, en particulier pour les Inuits (Myers et Furgal 2006). Les chairs des ombles chevalier anadromes sont relativement pauvres en contaminants et sont donc promus comme un aliment nutritif (Lockhart, Stern et al. 2005).

source wikipédia